Partagez | 
 

 Regina Mills - Operation Mangoose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


₪ Opération Cobra : 7
₪ Date d'inscription : 12/11/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 12 Nov - 21:37

Regina Mills

"True love kiss will break any curse"

Mon nom est Regina Mills mais je suis en réalité The Evil Queen, la méchante reine, dans Blanche-neige et les 7 nains. On me surnomme également Regina/maman. J'ai 30 ans, hétérosexuelle et célibataire au coeur brisé. Que dire d'autres sur moi ? J'ai quelques particularités comme une cicatrice au dessus de la lèvre, je suis toujours sur mon 31 et je pratique la magie. On dit également que je ressemble comme deux gouttes d'eau à Lana Parrilla ! Vous trouvez ?

physique et psychologie

On me décrit souvent comme "The Evil Queen" et dans un sens je pense qu'avec tous les meurtres que j'ai perpétré, j'ai amplement mérité ce surnom. Il fut un temps où j'étais une personne insensible et sans cœur, je tuais des innocents de sang froid dans l'unique but d'accomplir ma vengeance. En même temps qui n'aurait pas voulu se venger de la femme qui a, même indirectement et involontairement, tuer mon premier amour, mon fiancé et celui qui constituait ma fin heureuse. Oui, j'ai été rancunière. Je pense qu'une part de moi-même garde toujours cette ancienne identité mais je crois que c'est ce qui fait qui je suis aujourd'hui, pourtant, parfois, j'aimerais tellement pouvoir effacer mes erreurs du passé. Je reste toujours l'ancienne "méchante" reine, celle qui s'emporte pour un rien, qui croit que la magie peut absolument tout résoudre, ou presque, et ne croit pas en sa fin heureuse, ou tout du moins qui se trompe sur l'issue de celle-ci.
Pourtant malgré tout mes défauts, j'ai aussi mes qualités. J'aime mon fils plus que tout au monde, il est ce que j'ai de plus précieux sur cette terre et jamais je ne pourrais supporter de le voir malheureux. Je suis également une personne attentionnée, douce et qui fait passer le bonheur de ceux qu'elle aime avant le sien. Oui finalement, je pense qu'on peut dire que j'ai du chemin depuis l'époque où je n'étais que la "Evil Queen" qui pensait que son bonheur ne résidait qu'en la mort de Snow White.

Je suis une femme de taille moyenne avec une corpulence plutôt fine. On peut effectivement dire que la nature m'a gâtée au niveau de ma morphologie, mise à part une fine cicatrice au dessus de la lèvres, je n'ai pas d'autres "défauts" physique.
J'ai des cheveux courts et noirs que je discipline à l'aide d'un bon brushing. J'ai des yeux marrons en amandes assez foncés, ce qui me donne assez souvent un air fermé, très peu amical mais qu'importe la Méchante Reine n'a pas besoin d'amis.
Mise à part ça j'ai un physique assez banal mais que je sais mettre en valeur avec des tenues toujours très habillées. Je suis toujours en tailleur ou robe et je ne me laisse jamais aller devant les autres en jogging. De toute façon, c'est un beau chemisier en soie que je me sens le mieux alors je ne vois pas pourquoi je devrais le troquer pour un sweat-shirt à capuche immonde.
Ah oui ! Dernière petite particularités à mon propos : J'ai un tatouage en forme de plume sur le coin de mon poignet gauche, mais je le camoufle assez souvent, je n'ai pas envie de donner une "mauvaise image" et je ne sais pas si cela est vraiment digne d'un maire... Enfin ex-maire.


Interview
"Hey ! Ne pars pas si vite ! On a quelques questions pour toi et qui d'autres que ce cher Sidney pour faire l’interview. "

Bonjour ! Sidney Glass du Daily Mirror ! J'ai quelques questions à vous poser, cela ne vous dérange pas j’espère ! Parfait, commençons donc !

₪ Que pensez-vous de ce fameux soir où cet étrange nuage noir est apparu avant de disparaître peu après dans notre ville ? Tout ce que je sais c’est que ce nuage n’apportera rien de bon. Mais ici, à Storybrooke, les problèmes les plus importants sont ceux que l’on voit et qui nous menacent le plus directement. Actuellement mon seul problème c’est de trouver un moyen de sauver Marianne quel qu’en soit le prix.

₪ Vous êtes au courant que depuis que tout le monde a retrouvé ses souvenirs de l'année précédente, il y a eu un changement de maire pour la première fois dans notre ville. Que pensez-vous de ce changement ? Tu me demandes si je suis au courant ? Evidemment vu que je suis l’ancienne maire de cette ville. Je peux te dire que ça aussi, ça n’augure rien de bon. En même temps ce changement de main va me faire du bien et je vais pouvoir me consacrer corps et âme à trouver mon « happy ending ». Enfin je lui souhaite bon courage, elle risque vraiment d'en avoir besoin.

₪ Et la magie ? Êtes-vous favorable ou contre ce sujet ? Bien évidemment que je suis favorable à la magie ! Elle est la source de toute ma puissance et sans elle je ne serais absolument rien. Il y a bien sûr toutes ces choses de l’utiliser à bon escient bla, bla, bla… Personnellement je l’utilise quand j’en ai besoin et cela a toujours très bien fonctionné malgré le prix que j’ai parfois dû payer pour arriver à mes fins.

₪ Si vous aviez le choix d'être - admettons que vous n'êtes pas justement un personne de conte mais une personne ordinaire - un personnage de conte, qui seriez-vous ? Je n’en ai strictement aucune idée. Je serais sans doute toujours la Reine, pleine de pouvoir et de puissance, mais avec un destin bien plus heureux et on enlèverait l’appellation de « méchante », quoiqu’au moins, à part Blanche-Neige et Charmant, personne de vient me chercher des noises.

₪ Une dernière question : est-ce pour vous une bonne chose le retour de ces personnes qui étaient censées être mortes ? Ma mère, ma demi-soeur et absolument tout ceux que j'ai tuer de sang froid sont de retour, est-ce qu'on peut sérieusement dire que c'est une bonne chose ? Je vais devoir encore une fois les tuer en espérant que cette fois sera la bonne... Attendez... J'ai vraiment dit ça à voix haute ?


Je vous remercie d'avoir bien voulu m'accorder de votre temps ! A une prochaine peut-être !



De l'autre côté du miroir d'Alice ...

Je m'appelle Sarah mais on me connaît beaucoup plus sous le pseudo de Milena, oui c'est un prénom que j'affectionne, j'ai 18 ans et toutes mes dents (même celle de sagesse, on se demande d'ailleurs comment elles font pour être toujours là celle-là x)) What a Face Je viens de Lorraine (et d'Alsace le week-end xD), ce qui fait que je n'apprécie pas trop que les schmoulitmoutch à poil roux me trisse xD
Le petit code c'est "validé par Hope ^^" :3





© Codage by Sybline


Dernière édition par Regina Mills le Ven 19 Déc - 16:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


₪ Opération Cobra : 7
₪ Date d'inscription : 12/11/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 12 Nov - 21:38

Il est une fois ... Vous !

L’amour n’obéit à aucune règle, c’est ce qui le rend si imprévisible... Il arrive parfois qu’il naisse là où personne ne l’attendait...

In the Enchanted Forest, I was a villain...

Je m’appelle Regina Mills et je suis une méchante. Vous vous demandez sans doute comment j’arrive à dire cela sans détour. Ce n’est pourtant que la pure vérité : Un livre, de simple mots inscrits sur des pages, m’a conditionné à faire le mal autour de moi. Je suis la Méchante Reine, la marâtre, du conte Blanche-Neige et les sept nains. Vous voulez sans doute savoir comment j’en ai été réduite à ce rôle ? Eh bien alors, il est grand temps que je vous conte mon histoire.

Je suis née dans le palais de mon père qui était roi, le roi Henri aimé de tous ses sujets, et de ma mère qui n’avait été qu’une simple meunière mais qui a réussi à gravir peu à peu, et au prix de nombreux efforts, l’échelle sociale. Ma mère était la terreur de tous les habitants du royaume, chacun la craignait, mon père et moi y compris, sans savoir qu’elle cachait en réalité de nombreux secrets que je n’apprendrais que plus tard à mes dépends. J’ai vécu une enfance et une adolescence plutôt tranquille, uniquement ponctué par les sorts que ma mère me jetait de temps à autre pour me punir de lui avoir désobéi. En fait, je n’avais qu’à faire ce qu’elle désirait pour qu’elle me laisse complètement en paix. Néanmoins, une part de moi-même continuait à vouloir braver les ordres : Je montais à cheval comme un homme au plus grand désespoir de Cora, ma mère. Ce que cette dernière ignorait, et que j’avais peur de lui annoncer, c’était que j’étais amoureuse de notre garçon d’écurie, Daniel, et j’étais persuadée que lui aussi m’aimait en retour. Cora, ma mère, n’aurait sans doute pas compris cet entichement, elle qui ne jurait que par les mariages entre les personnes de même rang.

On pourrait penser que, mis à part ma mère, ma vie était idyllique : J’avais trouvé celui que je considérais comme mon âme sœur dès mon adolescence, j’avais un père qui me chérissait plus que tout au monde et un avenir assuré dans la haute société. Oui mais c’est justement cette avenir dans la haute société qui allait causer tout mon malheur.

Quand ma mère me demanda de me préparer pour ma leçon d’équitation, je ne compris pas, je n’avais pas de cours de prévu aujourd’hui. Cependant, je filais tout de même me préparer, cette leçon me permettrait de voir Daniel et rien ne me faisait plus plaisir. Si seulement j’avais su que ce cours n’était qu’une ruse de plus de ma mère pour tous nous faire grimper dans la société.

Alors que nous nous retrouvions avec mon amour, j’entendis au loin des cris appelant au secours. Je ne réfléchis même pas et sautai sur le dos de mon étalon afin d’aller secourir une petite fille dont le cheval c’était emballer. La petite fille me disait ne plus jamais vouloir remonter à cheval. Je me mis alors à son niveau et lui expliquai qu’au contraire elle devrait remonter à cheval le plus vite possible. Je repris ensuite le cours normal de ma vie.

Cependant quelques jours plus tard, ma mère m’apprit que le père, le roi Léopold, de la petite fille, Blanche-Neige, allait venir nous rendre visite au château. Je me sentis alors perplexe, pourquoi venait-il en personne ? Ne pouvait-il pas envoyer un messager ? Non, bien sûr que non, il ne pouvait décemment pas envoyer un messager pour me demander en mariage afin que je veille sur sa fille. Je restai bouche-bée devant cette proposition et avant que je ne puisse dire un mot, ma mère avait accepté à ma place. J’étais partagée entre colère et désespoir. Mon premier réflexe fut d’aller voir Daniel afin de lui expliquer la situation. Bien sûr, il me rassura et me demanda lui aussi en mariage en me fabriquant une bague avec de la paille avec la proposition de fuir tous les deux. C’était sans doute la plus demande qu’on m’ait faites, même encore à ce jour, à Storybrooke.

Cependant, Blanche-Neige nous surprit et considéra ce qu’elle avait vu comme une trahison. Mais au final, qui de nous deux avait trahi en premier l’autre ? Je me dépêchai de la rattraper et lui fit promettre de ne rien dire à personne, et surtout pas à ma mère, de ce qu’elle avait vu. Elle promit et s’en alla. Comment avais-je pu être assez crédule pour la croire ? Aujourd’hui, je me rends bien compte de ma bêtise.

Quelques jours plus tard, je rejoignis Daniel dans les écuries, nous nous apprêtions à fuir ensemble, à vivre notre amour au grand jour sans plus jamais craindre ma mère et ses maléfices. Nous étions sur le point de partir lorsque les portes de l’écurie se fermèrent et que ma mère entra. J’étais consciente de ce qui allait se passer, sans pour autant pouvoir y faire quelque chose. C’était sincèrement la pire sensation au monde. Je tentais tout de même désespérément d’expliquer à ma mère que c’était la vie que je souhaitais, je ne voulais pas de château ou bien encore de domaines à perte de vue, non tout ce que je désirais, c’était de vivre avec Daniel, avec l’homme que j’aimais de tout mon cœur. Ma mère sembla alors s’adoucir tandis que mon cœur reprenait un rythme normal. Puis, tout à coup et sans que je m’y attende, je la vis se détourner de moi pour aller arracher le cœur de Daniel. J’eus alors l’impression que c’était le mien que l’on avait arraché, je pleurais toutes les larmes de mon corps pendant que ma mère me disait que l’amour n’était qu’une faiblesse. Oui et de toute évidence ma mère avait décidé de m’anéantir.

Je devins rapidement stoïque, j’essayais le moins possible de laisser transparaître mes émotions. Ce n’est que lors des essayages pour ma robe de mariée que je compris comment ce qui était arrivé à Daniel avait pu arriver. Blanche croyait que j’allais me marier avec Daniel et non pas avec son père. Ma haine envers elle s’attisa à ce moment-là. C’était elle qui avait tout raconté à ma mère. C’était elle qui avait tué Daniel. C’était elle qui me forcer à me marier avec son père. Je ne laissais néanmoins paraître aucune émotion devant elle, juste un petit sourire navré tout en lui expliquant que Daniel s’était enfui seul. Une fois Blanche partit, ma mère entra dans la pièce m’exprimant sa fierté. J’eus alors un éclair de lucidité : L’affolement du cheval de Blanche-Neige n’était sans doute pas un hasard et il y avait fort à parier que ma très chère mère était derrière tout cela. Je la haïssais.

Deux jours avant mon mariage avec le roi, j’étais sûr de ce qu’il fallait que je fasse : Je me devais de m’enfuir. Jamais je ne supporterais de vivre cette vie que je n’ai pas choisis, de vivre la vie dont ma mère a toujours rêvé. Je sellai rapidement mon étalon et tentai de m’enfuir à travers la forêt. Des branches m’attrapèrent bientôt et me maintinrent en l’air. Ma mère apparut alors m’expliquant que c’est en épousant le roi que j’obtiendrai une certaine liberté. Je ne voyais pas bien comment cela était possible, mais je ne dis rien attendant patiemment qu’elle me libère. Je rejoignis alors mon père dans les jardins du palais, ces jardins que je trouvais si beaux. Je déversai alors toute la haine que j’avais envers elle, mais aussi mes angoisses. Bien sûr, mon père ne fit rien contre ma mère et tenta même de m’apaiser en m’expliquant que ce n’était pas de sa faute si elle était comme ça, que c’était un inconnu qui avait changé sa vie mais pas dans le bon sens du terme. A la fin de sa tirade, il me dévoila l’existence d’un livre de Sorts, ce qui me donna une idée.

Le soir même, je passais un peu de temps avec Blanche-Neige, lui brossant les cheveux et « sympathisant » avec elle. Cette enfant était vraiment des plus naïve, et dire que j’avais été comme ça autrefois et que c’était à cause d’elle que j’avais changé. Je finis par lui offrir un collier que j’attachais autour de son cou. Lorsqu’elle me demanda d’où il provenait, je lui répondis simplement que c’était un cadeau de Daniel et je commençais à l’étrangler avec. Je me réveillai soudainement, réalisant que j’avais fait un rêve éveillé, je vis Blanche attendre une réponse et lui répondis que je ne le savais plus. Mon dieu, ce que je haïssais cette enfant. Je décidais alors de me venger de cette enfant qui avait gâché ma vie à ne pas savoir tenir sur un cheval. Je quittais Blanche-Neige et me rendit dans la chambre de ma mère, elle n’était pas là, tant mieux. J’entrepris de fouiller la chambre et tombai finalement sur ce que je cherchais : Le livre de Sorts. Je souris à ma découverte, satisfaite de moi-même, puis me dépêchai de retourner dans mes appartements tentant de cacher tant bien que mal le livre.

Ce n’est que quand j’eus atteint ma chambre et fermais la porte à double tour que je tentais de prononcer le nom sur la couverture. Rum… Rumple… Puis soudain un homme apparut sur un fauteuil dans un coin de ma chambre. Je ne compris pas qui il était mais visiblement lui me connaissait depuis ma naissance. Néanmoins, je refusais sa proposition de m’enseigner la magie, je ne souhaitais pas nuire totalement à autrui, je refusais catégoriquement de devenir comme ma mère j’avais déjà bien vu ce que cela donné, et surtout je n’étais pas sûr de ce que cela impliquer réellement. L’homme face à moi fit alors apparaître un miroir tout en m’expliquant que c’était un cadeau de sa part, il me conseilla de pousser ma mère à l’intérieur, le miroir n’était qu’un leurre et était en réalité un portail vers un autre monde. Cet homme ne m’inspirait pas tellement confiance mais j’acceptais ce cadeau, ne sachant pas encore si j’allais en avoir l’utilité ou non.

Le temps passa et le jour du mariage arriva, ma mère vint me rejoindre dans ma chambre, ma mère découvre le miroir et me prodigue des conseils qui ne pouvaient venir de personne d’autres qu’elle, je ne voulais pas lui ressembler, je ne souhaitais pas cela, devenir aussi malveillante et aussi avide de pouvoir qu’elle. D’un coup, sans réellement y réfléchir, je tentais de la pousser dans le miroir. Evidemment, elle fut plus rapide que moi et m’immobilisa à l’aide de ses pouvoirs. J’étais désespérée, je ne voulais pas de cette vie et j’étais énervée contre ma mère. D’un coup, en jetant un coup dans la direction du miroir, je pus y apercevoir le mage Rumplestiltskin. Poussée par une montée d’adrénaline, je parvins à ma libérer de mes chaînes, je poussais ma mère contre le miroir et la vis disparaître à l’intérieur tandis que ce dernier se brisait à milliers de petits débris. Je fus d’abord choquée par ce que je venais de faire, néanmoins je repris très vite mes esprits et élaborer un nouveau plan afin d’échapper à ce mariage.

Finalement, mon plan fut le même que la dernière fois, je pris mon étalon et quitter à nouveau le palais. A nouveau, je fus rattraper par quelqu’un, ce ne fut pas ma mère cette fois mais Rumplestiltskin. Je lui rendis son livre. Cependant au lieu de s’en aller, il m’interrogea sur mes sentiments lors de l’utilisation de mes pouvoirs. Je réfléchis pendant quelques secondes avant de lui répondre que j’avais aimé ce pouvoir. Je ne savais pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Le mage me répliqua que j’avais découvert qui j’étais et me proposa à nouveau d’apprendre la magie avec lui. Je réfléchis à nouveau. Oui j’avais aimé cet apport de pouvoir, j’avais aimé pouvoir prendre enfin le dessus sur ma mère, mais voulais-je réellement apprendre la magie ? Prendre le risque de devenir comme elle ? Non je ne le souhaitais pas, et c’est exactement ce que je lui dis avant qu’il ne me rende le livre de sorts en me répondant que cela ne tenait qu’à moi. Je ne savais pas ce que cela voulait dire mais j’allais bien vite l’apprendre.

Je pris la décision de devenir Reine, je ne sais pas ce qui me pris à ce moment-là, mais dès l’instant où je dis « oui », je regrettais amèrement ma décision. Mon cœur commença doucement à mourir jour après jour, je n’avais plus goût à rien. De plus en plus me venait à l’esprit ce moment où j’avais découvert mes pouvoirs. Je décidais alors de prendre des cours avec le mage noir. Ce dernier me donna rendez-vous dans la forêt où une licorne m’attend. Je dois commencer par l’immobiliser, je le fais sans une once d’hésitation, cela ne fera pas de mal à la bête, elle ne sentira rien. Cependant, au lieu de me demander de relâcher l’animal, Rumplestiltskin m’ordonne de la tuer en lui arrachant le cœur. Je ne peux pas. Cette pauvre bête ne m’a rien fait, n’a rien demander à personne, c’est un sort beaucoup trop cruel. Je refuse catégoriquement mais il m’explique qu’il s’agit d’une étape que je dois franchir si je souhaite en apprendre plus sur la magie. Je n’arrive pas à me résigner, je ne peux pas faire de mal à une bête innocente.

Je retourne au château et lance un sort de conservation sur Daniel. Dans ce cas-là non plus, je n’ai pas pu me résigner à le laisser partir complètement. Je l’aime toujours et je crois qu’au fond je m’attache beaucoup trop facilement aux gens. J’avais décidé de conserver son corps sous un cercueil de verre, il était si beau, on aurait dit qu’il ne faisait que dormir et qu’il pouvait se réveiller à tout moment. Je retournais voir Rumplestiltskin, pratiquement prête à tuer la bête. Il refusa, je ne compris pas mais il m’expliqua que je ne voulais que l’utiliser afin de ramener Daniel à la vie. Evidemment, il avait raison mais si seulement j’avais su à quel point il allait m’utiliser par la suite… Il m’expliqua qu’il était impossible que mon amour revienne à la vie. Je pris une sacrée claque dans la figure. Je m’en allais dépitée, je rencontrais alors un homme qui me proposa son aide, me disant connaître une sorte de magicien capable de ramener mon âme sœur près de moi. J’acceptais, bien trop heureuse pour réellement tout mesurée.  

Quelques jours plus tard, Jefferson me fit rencontrer le Docteur, le fameux « magicien » qui allait m’aider à ramener Daniel à la vie. Le médecin pratiqua quelques tests sur Daniel, sous mon œil inquiet. Il m’assura que son état était excellent mais que le processus qu’il voulait exécuter n’était encore qu’expérimental. Je m’inquiétais immédiatement, je ne voulais rien faire qui puisse encore aggraver son état, si tant est que quelque chose pouvait encore l’aggraver. Néanmoins, le chapelier fou et le médecin me rassurèrent rapidement et me dirent qu’ils auront besoin d’un cœur. Je les emmenais dans le caveau de ma mère, c’était là qu’elle entreposait tous les cœurs, à l’époque cela me répugnais mais aujourd’hui je me dis qu’on aurait pu monter une entreprise familiale. Rapidement, le Docteur trouva un cœur qui lui convenait et nous ressortîmes. Ce fut par une sombre nuit d’orage que nous nous apprêtâmes à expérimenter la résurrection de Daniel. J’étais pleine d’espoir, je voulais retrouver sa présence auprès de moi.

Quelques jours plus tard, le Docteur tentera de réanimer Daniel. J’avais placé tous mes espoirs en lui. J’attendis à l’extérieur de la tente en compagnie de Jefferson, même si j’étais peu rassurée, je restais docile, je ne voulais compromettre mes chances de revoir Daniel. Le médecin ressortit peu de temps après en m’expliquant que le cœur n’avait pas résisté à l’expérience. Je sentis à nouveau quelque chose se brisait en moi. Sans doute mon cœur. Il ne devait plus être très solide et le dernier espoir que j’avais venait de s’effondrer. Je partis de cet endroit maudit, il fallait que je m’éloigne du corps de l’homme que je chérissais plus que tout au monde. Je retournai au palais et me changeai pour adopter une tenue de deuil, personne ne comprendrait à part moi mais qu’importe j’en avais besoin. Je dînais seule le soir, enfin je fus bien vite rejoins par le mage qui me reprocha de n’être pas venu à mon cours. Cet homme m’exaspéra et j’avais bien d’autres soucis en ce moment. Je lui répliquais d’un ton sec que je refusai de lui ressembler, que je ne souhaitais que la liberté alors que je me sentais piégée. Je ne compris pas sa réaction, il rit en me comparant aux ténèbres, je m’énervais contre lui, mais il se calma et me dit d’amener cette rage à son prochain cours.

Je m’enfuis loin de ce mage maudit toujours énervée. Instinctivement, je m’approchais du bord du balcon. Ma rage s’exprima bien avant que je ne puisse la contenir, je frappais plusieurs fois de toutes mes forces contre la balustrade qui finit par s’aider sous ma force. Je tombais en avant, voyant ma fin arrivée, cependant une étrange poussière verte me retint. Une fée s’approcha de moi et sans que je ne comprenne réellement ce qui venait de se passer, je fus ramené dans mes appartements par magie. Une petite fée verte rangea ses ailes et m’expliqua qu’elle était la fée Clochette.

Plus tard, Clochette et moi nous rendîmes dans une place peu fréquentée afin d’y déjeuner. Je sais que ce n’est pas bien de se poser en victime, surtout quand on sait qu’on a les moyens de se défendre. Je me plaignis longuement de mon mari absent, de ma belle-fille qui m’a trahie et de mon manque de pouvoir au Royaume qui me décevait. Clochette éluda que c’était cela qui m’avait poussée à me suicider, je démentis bien évidemment, il ne s’agissait que d’un accident. La fée me rassura et m’expliqua qu’elle avait le pouvoir de me faire trouver l’amour, et me suggéra de croire en elle. J’aimais Daniel, comment pouvait-elle croire que j’allais trouver quelqu’un d’autre, surtout si rapidement ?

Quelques soirs plus tard, alors que j’écrivais dans mon lit, Clochette m’apparut et m’invita à un tour dans le ciel. J’acceptais même si je ne savais pas ce que cela sous-entendais. Elle utilisa de la poussière de fée afin de me faire voler et transporter au-dessus de la forêt enchantée. Elle lança ensuite une autre poudre qui tomba sur un endroit du Royaume puis m’expliqua que là-bas m’attendait un autre amour. Je n’y croyais qu’à moitié. Comment pouvais-je croire à un amour plus fort que mon premier amour ?

Nous arrivâmes au fameux endroit, une ruelle déserte près d’une taverne. Apparemment rien de très accueillant. Clochette me dit que le nouvel élu de mon cœur était un homme présent dans la taverne, celui avec un tatouage en forme de lion sur l’avant-bras. J’étais perplexe. Si cela était vrai, c’était magnifique, la vie m’offrait une seconde chance, une chance d’apaisait mon cœur encore meurtrie par la perte de Daniel. En revanche, si tout cela n’était qu’une supercherie, je savais que j’allais à nouveau souffrir au point de non-retour. J’hésitais vraiment à entrer, Clochette tenta de me rassurer juste avant que je ne lui demande de me laisser seule. Je me mis à réfléchir, mon cerveau tournait à toute allure, analysant toutes les options. Au bout d’un moment, je me décidai à prendre mon courage à deux mains et à ouvrir la porte de la taverne tout en souriant. Cependant, une peur m’enveloppa et je me ravisai avant de m’enfuir de la ruelle du village.

J’étais de retour de mes appartements en train de lire un livre lorsque Clochette revint. J’avais redouté ce moment, mais maintenant j’allais devoir l’affronter. Elle semblait pressée et heureuse de savoir comment cette rencontre s’était passée. Je me sentais mal, elle avait déployée tellement d’effort pour moi. Je n’osais même pas la regarder dans les yeux lorsque je lui dis que la rencontre avait été désastreuse. Prise dans une espèce d’élan incontrôlable, je lui reprochais même d’être une fée horrible. Cependant, Clochette était plus maligne que ça et elle devina que je n’étais pas allé lui parler. Je ne laissais pas transparaître mes émotions et infirmais ses propos, je me sentais coupable. J’allais jusqu’à l’accuser de vouloir me faire oublier Daniel malgré toute la souffrance que je ressentais face à sa mort. Malgré que je cédais pas, Clochette parvint à me faire me sentir encore un peu plus mal lorsque qu’elle me dit qu’elle risquait des représailles pour le vol de la poussière. Elle tenta de me faire changer d’avis mais je lui répétais, comme si je tentais moi-même de m’en convaincre, que c’était une fée horrible. Elle finit par s’en aller à mon plus grand soulagement.

« Je t’aime Daniel et je fais ça pour toi », murmurai-je en me dirigeant vers la forêt.

J’arrivais en plein cœur de la forêt lorsque je vis le mage noir instruire une autre apprentie. Je me dirigeai d’un pas ferme vers elle et lui arrachai le cœur avant de l’écraser entre mes doigts sans aucun scrupule. Rumplestiltskin vit cela d’un œil satisfait m’expliquant que j’allais reprendre là où nous nous étions arrêtés. Nous poursuivîmes ainsi les cours de magie pendant plusieurs mois, je peinais vraiment à apprendre la magie mais je ne me décourageais néanmoins pas.

Des années plus tard, j’élevais un magnifique pommier dans le palais du Roi, je ne portais aucun pour celui-ci. Ce pommier représentait ma plus grande fierté, mais également ma seule occupation, personne ne m’appréciait réellement ici. Un jour, le Génie d’Agrabah vint au palais, il m’aperçut près de mon pommier et me complimenta sur ma beauté tout en me donnant un miroir. Il était si adorable. Je m’éloignais peu à peu du Roi pour passer le plus clair de mon temps en secret avec le Génie à nous courtiser. Cependant, mon époux finit par le découvrir et me fit enfermer dans ma chambre. Le Génie vint, contre toute attente, dans ma chambre avec une boîte donnée par mon père. Je l’ouvris avec une folle excitation. Je ne fus pas déçue car lorsque j’ouvris la boîte, elle était remplie de serpents du désert. Un plan se mit immédiatement en place dans ma tête, je feignis de vouloir me donner la mort, mais le Génie m’intercepta et décida de tuer le Roi durant son sommeil grâce aux serpents. Mon plan s’exécuta à merveille et le Roi mourut cette nuit-là, j’en étais si heureuse et pourtant je devais feindre la tristesse. Le lendemain, en bonne comédienne, j’avertis le génie que le palais le soupçonnait du meurtre et lui proposais de fuir. Cependant, il réalisa que je l’avais manipulé et refusa de partir. Il souhaita alors rester toujours auprès de moi, pensant sans doute que cela me punirait, cependant il apparut dans le miroir qu’il m’avait lui-même donné, s’emprisonnant à nouveau lui-même.

Quelques jours après les funérailles du Roi, je tentais de réconforter Blanche-Neige, elle m’exaspérait avec toutes ses larmes, et lui exprimait mes condoléances. Une fois seule dans ma chambre, j’exprimais mon souhait de trouver un chasseur sans cœur capable de tuer Blanche-Neige, je ne pouvais malheureusement le faire moi-même sans prendre le risque de me faire démasquer par mes sujets. Plus tard, le miroir repéra pour moi le Chasseur et je dus bien admettre qu’il avait l’air d’être la personne tout à fait adéquate. Je le fis venir au palais où je lui expliquais le service dont j’avais besoin en échange d’une simple promesse de protection des loups qui l’avaient élevé lorsqu’il était enfant. C’était touchant, bête mais touchant. L’accord fut conclu.

Un peu plus tard, le Chasseur revint afin de me donner le cœur de Blanche-Neige, j’en étais si heureuse. Il insista tout de même pour me lire la lettre que la jeune femme m’avait écrite. Je n’en avais que faire, mais puisqu’il tenait tant à me la lire qu’il le fasse. Je fus rapidement agacée, sa bonté simulait me révulser, je lançais la lettre dans le feu et demanda mon dû. J’entrepris de ranger le cœur dans ma collection mais cela ne fonctionna pas. Un cœur de biche. Il avait osé essayer de me duper ? De remplacer le cœur de Blanche-Neige par un simple cœur de biche ? Il allait me le payer. Prise d’un accès de colère, j’arrachai le cœur du Chasseur et le rangeai en lui annonçant simplement qu’il me suffirait de le presser pour le faire souffrir ou le tuer s’il ne m’obéissait pas. Je le fis ensuite emmener dans une chambre, comptant bien l’utiliser pour accomplir mes quatre volontés.

Quelques semaines plus tard, je me rendis au village, souhaitant plus que jamais voir Blanche morte. Cette dernière avait été aperçue pour la dernière fois là-bas. Trouvant sa maison vide, je demandais aux gardes de rassembler tous les villageois. Je leur proposais de l’argent contre des informations mais aucun ne réagit. Cela m’exaspéra encore un peu plus. J’ordonnais à mes soldats de tous les exécutés et de retrouver au plus vite cette petite garce.

De retour au palais, j’eus l’immense « joie » de recevoir la visite de Rumplestiltskin, il m’apprit que je n’étais pas aimée dans mon Royaume. Je ne comprenais pas ce qui pouvait provoquer cela mais j’étais certaine qu’une fois Blanche morte, tout irait pour le mieux et la situation s’inversera. J’expliquai ensuite à Rumplestiltskin que je souhaitais apprendre à me métamorphoser afin d’approcher ma belle-fille. Cependant, le mage me répliqua que ma mère avait mis des mois avant de le maîtriser. Je ne voulais pas attendre des mois. Je voulais voir ma belle-fille morte sur-le-champ. Néanmoins, Rumplestiltskin accepta de le faire à ma place mais m’expliqua que je ne pourrais pas utiliser ma magie et que je devrais l’appeler. En échange de cette faveur, il me demanda simplement de rompre tout commerce avec le Roi George. Le Roi George ? Qu’importe ce qui allait lui arriver, tout ce que je souhaitais c’était de voir Blanche-Neige morte. J’acceptai le marché et il me transforma instantanément en paysanne, vêtue de haillons, et avec un visage radicalement différent. Cette transformation était parfaite, ma belle-fille ne me reconnaîtrait jamais, personne ne me reconnaîtrait d’ailleurs.

Un peu plus tard, cette même journée, je me fondis dans la foule. Très vite quelque chose me frappa : Des villageois s’amusaient à lancer des fléchettes sur une cible à mon effigie. Malgré toutes les apparences que je me donnais, cela me meurtrie. Je tentai de me défendre, cependant mes propres gardes m’arrêtent. J’essayai de les convaincre que j’étais la Reine par tous les moyens mais rien n’y fit. J’étais sur le point d’être exécutée sur la place publique et que j’invoquais Rumplestiltskin, lorsque Blanche-Neige vint à mon secours en tuant les gardes, quelle ironie du sort, quoique cela représentait aussi une sacrée aubaine. Blessée, je perdis vite connaissance.

Je me réveillais quelques heures plus tard dans une tente alors que ma belle-fille me soignait. Je fus d’abord surprise, puis me rappelai que j’avais radicalement changé de visage et que personne ne pouvait me reconnaître. Une discussion s’installa et Blanche me raconta comment elle avait un jour été sauvé par une jeune femme qui l’avait changé. Est-ce que je m’étais trompée sur son compte ? Elle n’était peut-être pas si horrible au fond. Je fus touchée par cette révélation et j’en versai même quelques larmes.

Le lendemain, nous quittâmes l’abri et partîmes en forêt. Je m’étais résignée à devoir accomplir ma mission, mais au dernier moment, je ne pus me résoudre à mettre fin à ses jours. Je me décidais à l’interroger sur ce qu’elle pensait de notre relation et m’appris qu’elle serait prête à me pardonner si je le lui demandais. Demander pardon ? Est-ce que j’étais prête à faire cela ? Oui sans doute, et nous pourrions même repartir sur de nouvelles bases, plus solides. Mais serait-elle prête à me pardonner tous mes crimes ?

J’eus bien vite ma réponse. Lorsque nous arrivâmes au village que j’avais visité plus tôt et que nous vîmes les centaines de corps de villageois. Cette vision ne me révulsa pas, j’y étais habituée. Cependant, je vis bien le regard horrifié de Blanche. Elle retira immédiatement ses propos quant à me pardonner et m’expliqua que la Reine n’avait pas de bon fond. Vraiment ? C’était réellement ce qu’elle pensait de moi ? Je tentai tout de même de me défendre, lui rappelant que je l’avais sauvée lorsqu’elle n’était encore qu’une enfant. Je vis alors Blanche-Neige bandait son arc et me visait prête à tirer, me répliquant qu’elle n’avait jamais précisé qu’il s’agissait de la Reine. Démasquée, j’appelais le mage noir, cependant il ne vint pas et je dus bien me résoudre à fuir si je ne voulais pas mourir. Je finis par le retrouver au château et lui demandais immédiatement de me rendre mon apparence. Je n’en pouvais plus de ces guenilles et mon manque de magie, j’avais l’impression qu’il me manquait une part de moi-même. Rumplestiltskin me fit remarquer qu’il avait eu raison au sujet de son impopularité. « Oui, c’est bon, Rumple, rend moi mon apparence, avait-je pensé. ». Je promis de me venger, en prononçant un « La Reine est morte. Vive la Méchante Reine. ».

Plus tard, je lançais à nouveau deux soldats à la poursuite de Blanche-Neige. Oui, on ne change pas une équipe qui gagne. Cependant, ils échouèrent mais me rapportèrent qu’ils la pensaient morte l’ayant vu se jeter dans la mer. Je n’avais que peu d’espoir de la voir réellement morte et l’on m’avait appris à ne jamais me réjouir trop vite. J’observais à travers mon miroir magique et y vit Blanche-Neige saine et sauve et en compagnie d’une petite sirène. Prise d’un accès de colère, je tuais l’un des gardes mais épargnait le deuxième, un sourire en coin exprimant une nouvelle idée dans ma tête.

Un peu plus tard, je surgis devant Ariel en prenant l’apparence de la déesse des mers Ursula, je lui suggérais quelques petites choses quant à son désir de vivre avec le Prince Éric et son désir de lui cacher sa véritable nature. Je lui assurais pouvoir régler tous ses soucis. Je lui suggérais de conserver ses jambes, de vivre sur terre loin de la mer et de partir à Agrabah avec son Prince pour une nouvelle vie. Cette pauvre sirène, trop crédule, accepta bien vite.

Plus tard dans la soirée, je rejoins Ariel et Blanche-Neige sur les quais, cette dernière possédait une jolie nageoire à la place de ses jambes. Quelle délice, que la prise du jour avait été facile à avoir. Je rigolais face à la naïveté de ma belle-fille qui tentait d’ôter son bracelet, comme si j’avais été assez bête pour ne pas avoir tout prévu. Prise d’un accès de bonté, je lui expliquais que le porteur du bracelet ne peut l’enlever, je me moquais également d’Ariel et de son incrédulité. Sûr de mon coup, je proposais à Ariel de choisir entre rejoindre son Prince ou sauver Blanche-Neige. Cette dernière parlait beaucoup trop, je commençais à l’étrangler lorsqu’une vive douleur m’arracha un cri. Je les vis simplement plonger dans la mer tandis que j’utilisais un sort pour guérir cette petite blessure. Je rageais de cet échec, impuissante.

J’enrageais toujours de mon échec de retour au Palais. Cependant, je dus bien vite sortir de mes pensées, une voix m’interpella, il ne s’agissait de personne d’autre que la véritable déesse Ursula. Cette dernière m’enlaça avec ses tentacules à travers le miroir. Je fus effrayée par cette femme qui me menaça de mort si j’usurpai à nouveau son identité afin de piéger des innocents. Je ne pus qu’acquiescer en silence.

Je ne perdis jamais mon objectif de vue : Je voulais voir Blanche-Neige morte. Je récoltais des informations sur elle dans plusieurs villages. Cependant une villageoise refusa de me révéler quoi que ce soit, je la pris en guise d’exemple afin de l’exécuter le lendemain matin. Il s’agissait Marianne, la femme de Robin des Bois, si j’avais su je pense que je l’aurais exécuté le jour même. Cependant le destin fait parfois bien mal les choses et lors du voyage dans le temps d’Emma, cette dernière sauvera Marianne et la ramènera à Storybrooke pour briser une fois de plus mon bonheur naissant.

Blanche-Neige ne se montrera plus au palais, cependant, elle tenta tout de même de me tuer avec la complicité de se traître de Rumplestiltskin qui lui donna un arc et des flèches. En chemin vers le palais d’été, les villageois se prosternaient sur mon passage. J’aimais ça et j’avançais avec fierté sur mon cheval.

Bien plus tard, je fis la rencontre de Belle sur un sentier forestier. En espionnant le mage noir, j’avais bien vite compris qu’elle représentait sa seule faiblesse. Rien d’autre ne pourrait l’atteindre mis à part elle, et je souhaitais l’utiliser à mon avantage. J’insistais pour marcher un peu aux côtés de Belle et je tentais de lui tirer les vers du nez pour lui faire avouer qu’elle aimait son bourreau. Oui elle l’aimait, d’un amour pur et sincère. Parfait. Je lui révélais alors qu’un baiser d’amour véritable pouvait briser toutes les malédictions et je l’encourageais à l’embrasser pour lui faire perdre ses pouvoirs. S’il les perdait, cela signifierait que je deviendrais beaucoup plus puissante que n’importe qui d’autres, et ça me plaisait. Comme je l’avais prévu, le mage noir ne parvint pas à la garder auprès de lui. Je finis par réussir à la capturer, estimant qu’elle avait failli à sa mission, et l’enfermait dans un cachot du Palais sombre. Plus tard, je me rendis au château de Rumplestiltskin afin de négocier un contrat. Je prétendis, avec tous mes talents d’actrice que Maurice, le père de Belle n’avait plus voulu d’elle, qu’il l’avait torturée et enfermée et que la pauvre enfant avait fini par se suicider.

C’est à cette même période que mon carrosse croisa la route d’Hansel et Gretel que je pourchassais à travers la forêt. Les deux enfants m’avouèrent avoir perdu leur père, que j’avais moi-même enfermer, et je leur promis de les aider à condition qu’ils me rendent un service. Je les amenais devant la maison de pain d’épices de la sorcière anthropophage et leur demandais de récupérer un objet qui m’appartenait. La fille était intelligente mais poser trop de questions, en revanche son frère était tout l’inverse, beaucoup trop bête. Je suivis leur progression plutôt houleuse depuis mon miroir. Néanmoins, ils parvinrent à revenir entiers de cette maison. Ils me remettent enfin ce que j’attendais depuis si longtemps : Une pomme rouge, celle qui allait tuer Blanche-Neige. Je proposais aux enfants de s’installer dans le Palais, mais ils refusèrent m’accusant d’être malintentionnée. Cela me toucha et me mit dans une humeur folle. Sans trop y réfléchir, je les envoyais dans la forêt sans fin. Je fis ensuite convoquée leur père et l’informais que ses enfants lui étaient restés loyal. Cependant, j’ajoutais que désormais ils devraient se retrouver avant de le laisser partir. Je détestais les enfants de toute façon.

Plusieurs années plus tard, je rendis visite à Jefferson afin de lui demander de m’accompagner au Pays des Merveilles afin qu’il m’aida à récupérer quelque chose qui m’appartenait. Contre toute attente, le jeune homme refusa, préférant rester de sa fille, et ce même lorsque je lui promis d’améliorer leur situation. Ce Jefferson était loin d’être celui que j’avais rencontré auparavant et qui aurait tout fait pour de l’argent. Je ne me laissais néanmoins pas abattre. J’avais appris à maîtriser la métamorphose et décidai de me transformer en vieille marchande de jouets. Je refusai alors de lui vendre une peluche que sa fille désirait. Je me rends bien compte aujourd’hui de l’horreur que j’ai faite. Il n’existe pas de pire sentiment que de ne pouvoir offrir à son enfant ce qu’il désire. Néanmoins, ma stratégie fonctionna, Jefferson accepta finalement mon offre et se rendit au Palais avec un chapeau magique. Nous entrâmes ensuite dans le chapeau qui nous amena dans une salle entourée de portes. Jefferson s’avança vers un miroir en miroir que le nombre exact de personnes qui entrent pourront ressortir.

Nous arrivâmes au Pays des Merveilles, passâmes devant une chenille géante avant de découvrir le labyrinthe de la Reine de cœur. Je ne fis pas dans la dentelle et fis brûler les haies afin de me frayer un chemin jusqu’à un petit mausolée. J’y volais l’une des boîtes et repartis avec Jefferson, me débarrassant des gardes grâce à la magie. Nous étions aux abords du miroir lorsque je pris un morceau de champignon que je plaçais dans la boîte, mon père en sortit. J’immobilisais Jefferson avant qu’il ne puisse s’échapper du Pays des Merveilles, je repartis de cet endroit avec mon père, laissant Jefferson face à son destin.

Quelques mois plus tard, j’appris que le Roi George avait l’intention de tuer le Prince Charmant. J’interrompis donc l’exécution pour le récupérer, tout en promettant de l’or ainsi que de le faire souffrir et de m’en servir pour assassiner Blanche-Neige. Je ramenais Charmant dans mon Palais et communiquais avec Blanche-Neige grâce à un miroir disposé dans les prisons royal. Je lui proposais de négocié sans arme « là où tout a commencé ». Je savais qu’elle serait trop affaiblie par l’amour pour résister.

Je la retrouvais un peu plus tard dans cette même journée dans les écuries où travaillait Daniel et j’accompagnai ma belle-fille devant sa tombe. J’y retournai souvent et son absence se faisait toujours ressentir. Je lui expliquais alors la vérité : Ma mère avait arraché le cœur de Daniel parce qu’elle n’avait pas réussi à tenir sa langue. Blanche-Neige me répliqua que j’avais tué son père en retour. Ce n’était pas assez. C’était elle et elle seule que je souhaitais voir morte. Je lui tendis une pomme empoisonnée dont quiconque la goûtera tombera dans un profond sommeil. Je lui proposais de la croquer en échange de la vie du Prince et elle accepta. Je fus satisfaite de la voir s’effondrer au premier coup de dents. J’étais une femme de parole et je laissais repartir le Prince. Grossière erreur.

Quelques heures plus tard, alors que je savourais, enfin, ma victoire sur Blanche-Neige, un garde m’amena le Miroir magique. Ce dernier me confia que ma belle-fille était à nouveau bien vivante grâce à un simple baiser de son Prince. Je pus observer tout le spectacle grâce au miroir. J’en étais furieuse et je m’apprêtais à nouveau à défier le couple qui avait promis de reconquérir le Royaume.

Je n’intervins qu’un peu plus tard, effrayant au passage les villageois ce qui eut le don de me satisfaire, lorsque Blanche-Neige fit un discours, je ligotais son Prince. Je proposais à ma belle-fille un accord : Je la laissais saine et sauve, exilée dans un autre Royaume à condition qu’elle me considère comme Reine légitime. Je lui demandais ainsi de se soumettre à ma souveraineté mais Blanche-Neige ne céda pas, même lorsque je me mis à étrangler une paysanne. Elle préféra m’attaquée. Quelle idiote. Je m’enfuis dans un nuage  magique en promettant de tuer un à un ses sujets jour après jour jusqu’à ce qu’elle cède.

Je revins le lendemain sur les lieux et demanda la réponse de ma belle-fille. Celle-ci fut négative. Je m’emparai de la gorge d’un nain qui s’éleva dans les airs, faisant paniquer au passage ses frères. Blanche-Neige m’attaque à nouveau et je fus obligée de lâcher prise. Je disparus ensuite avant de réapparaître dans son dos mais celle-ci me blessa à la joue. Je fus surprise par ce geste qui lui était tout sauf habituel, Blanche-Neige me déclara la guerre, je souris d’un air mauvais avant d’accepter et de me téléporter.

Je compris quelques temps plus tard l’importance de leurs armées. La mienne s’affaiblissait de plus en plus. Je profitais d’un moment inespéré où Blanche-Neige était seule dans les bois pour la retrouvais. Je me fis alors piégée dans une embuscade de Charmant et de la Fée Bleue qui annulèrent momentanément mes pouvoirs grâce à de la poussière de fée. J’aurais dû me douter que cette occasion était bien trop belle pour être vraie.

Je me fis emmener au Palais Royal. Ils allaient m’exécuter, c’était sûr mais qu’importe. Mon père vint me rendre visite et me demanda d’exprimer mes pour avoir la vie sauve. Le problème était que je n’en avais pas un seul. Le jour de  mon exécution, je décidai d’exprimer mon plus profond regret : Celui de ne pas avoir réussi à tuer Blanche-Neige. Cette dernière finit par m’épargner. L’idiote.

Plus tard, Blanche-Neige vint me libérer. Je tentai à nouveau de l’assassiner et j’échouai à nouveau. Le couple m’expliqua que j’étais bannie à vivre seule, on me reconduisit dans mon Palais où seul mon père était.

Des mois plus tard, je reçus la visite du mage noir qui vint m’avertir du mariage de Blanche-Neige et Charmant. Ce fut à ce moment-là qu’il me conseilla de les transporter dans un autre monde. Je réfléchis à cela et me rendis au mariage du couple. Je décidais tout bonnement d’interrompre la cérémonie pour annoncer que j’allais leur enlever absolument tout ce qu’ils aimaient. J’assurais ainsi ma fin heureuse et détruisait la leur. Charmant, pas si charmant que ça, me lança son épée. Je n’eus aucun mal à l’éviter en disparaissant dans un nuage de fumée. Je réapparus presque instantanément dans mon Palais. J’étais bien déterminée à prendre ma revanche sur ma garce de belle-fille. J’avais l’impression qu’elle volait mon bonheur afin de créer le sien. Je décidais de lancer une Malédiction mais avant tout, j’avais besoin de la récupérer chez une vieille amie.

Je me rendis dans la Forteresse interdite et tentais de convaincre Maléfique de me rendre la Malédiction que je lui avais échangé contre le sort du Sommeil. De toute évidence, son sort n’avait pas été équitable puisqu’il avait été brisé grâce à un simple baiser. Son blabla sur le bien et le mal m’exaspérait et je finis par engager un combat. L’amour est une faiblesse et j’avais suffisamment payé cette leçon. En faisant semblant de tuer sa licorne, je parvins à baisser sa garde et à la neutraliser.  Je pris alors son sceptre et récupérait la malédiction. La suite du plan était simple, je réunis des vilains pour les convaincre, de gré ou de force, de me donner chacun un brin de cheveux nécessaire à l’élaboration de la malédiction, puis je sacrifiai le cœur de mon étalon. Cependant, la malédiction ne se réalisa pas. Pourquoi ? J’avais pourtant tout fait !

J’étais furieuse. Je demandais conseil à mon père qui me suggéra de consulter celui qui avait créé la malédiction. Je me rendis donc dans les mines où était enfermé Rumplestiltskin, nous n’avions pas tous eu un destin clément visiblement. Il me rappela que toute malédiction pouvait être levée, notamment par l’enfant de Blanche-Neige et du Prince. Décidément, ils étaient décidés à me gâcher la vie jusqu’au bout ces deux-là. Il m’expliqua que je devrai sacrifier le cœur de la personne que j’aime le plus, et non pas le cœur d’un simple cheval, et me prévint que je devrais me plier à ses demandes dans le nouveau monde. J’acceptai, de toute manière personne, mise à part moi, n’allait se souvenir de qui il était réellement. De retour au palais, j’expliquai à mon père par sous-entendu que c’était lui que j’allais devoir tuer pour obtenir ma fin heureuse. Il tenta de me raisonner, qui n’aurait pas tenté de sauver sa vie dans un moment pareil ? Mais je finis par me ressaisir et lui arrachai le cœur, non sans verser une larme.

Quelques temps plus tard, je surpris le Capitaine Crochet qui tentait de libérer Belle. Je lui volais son crochet, je ne voulais pas qu’il puisse la tuer, et lui demandais en échange un service. Nous nous rendîmes dans mes appartements. Là-bas, en bonne hôtesse, je lui servis un verre de vin avant de lui révélais que je comptais lancer un sort piégeant tous les habitants du monde des contes dans un autre monde où le bonheur n’aura pas sa place. Je lui expliquai que ce nouveau monde serait sans magie, ce qui pourrait lui permettre de tuer le « Crocodile » d’un « simple coup de crochet ». Cependant, je lui demandais d’assassiner ma mère, je ne souhaitais pas qu’elle nous suive dans cet autre monde. Je la savais capable de tout. Je lui expliquai ensuite le fonctionnement du chapeau magique qui l’enverra au Pays des Merveilles où se trouvait ma mère. J’enchantais ensuite le crochet du pirate afin qu’il puisse n’arracher qu’un seul cœur. Je fis ensuite fonctionner le chapeau et vit Crochet le traverser.

Quelques heures plus tard, je ne pus que constater que Crochet avait réussi sa mission en revenant du Pays des Merveilles avec sa mère morte dans ses bras. Je la plaçais dans un cercueil blanc au centre du caveau et revint la voir en deuil. Je demandais au pirate de nous laisser seule puis me penchait au-dessus du corps de ma mère. Au fond, je crois qu’une part de moi s’en voulait. Je m’excusais et la remerciais de m’avoir faite Reine, je lui expliquais ensuite mon geste en lui disant qu’elle était ma faiblesse. Des larmes roulèrent sur mes joues. Je déposais une rose sur son corps, lui dit adieu et quitter les lieux.

Quelques jours plus tard, je lançais le cœur de mon père dans un brasier, entraînant un immense nuage de fumée. La Malédiction était en marche, nous nous dirigions vers Storybrooke. Avant de partir, je déposais une rose sur la tombe de mon père.

Je me rendis ensuite dans les cachots du Palais Royal afin de voir Rumplestiltskin. Je lui confirmais l’avancée du Sort noir. Je lui précisais que j’avais enfin tout ce que je désirais au monde mais il rigola en me précisant que je reviendrais le voir pour un combler un vide dans son cœur. Je me moquai de lui. J’étais certaine qu’il voulait passer un nouveau marché et il en était hors de question. Néanmoins me sentant une grande âme, je lui proposais de le libérer afin qu’il puisse fuir la malédiction mais il refusa, ce qui me choqua.

Je voyageais ensuite jusqu’au palais de Blanche-Neige et du Prince, admirant la destruction du Royaume. Une fois là-bas, je vis ma belle-fille agenouillée devant le corps mort de son mari. Au moins une bonne chose de faite, ces abrutis de gardes n’auront finalement pas tout raté ! Lorsque les gardes m’informèrent ne pas avoir trouvé l’enfant, une rage folle s’immisça en moi. Néanmoins, voyant la malédiction arrivée, je ne pus que me réjouir.

28 ans plus tard, nous retournâmes tous dans la forêt enchantée. J’étais seule, j’avais perdu mon fils, l’être que j’aimé le plus au monde. Comment allais-je survivre sans lui ? J’appris néanmoins que quelqu’un était entré dans mon château et qu’il ne s’agissait de personne que de ma demi-sœur. Pourquoi n’en n’avais-je jamais entendu parler ? Très vite, nous remarquâmes que nous avions besoin de repartir à Storybrooke, d’échapper à Zelena et c’est Blanche-Neige qui lança le Sort Noir, me disant de couper son cœur en deux afin d’en donner la moitié à son Prince.


© Codage by Sybline


Dernière édition par Regina Mills le Dim 7 Déc - 23:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
FONDATEURChef des Lost boys

₪ Opération Cobra : 267
₪ Date d'inscription : 30/10/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 12 Nov - 21:41

Bienvenue ^^ et excellent choix de personnage ^^ (j'ai ma petite hope qui réclame déjà un lien avec tata Regina !)

Welcome my dearie


Bienvenu(e) à toi cher nouveau membre et bonne chance pour ta fiche ^^. Dés que tu as fini ta fiche, n'hésite pas à venir poster ici. Cela t'éviteras surement à attendre moins longtemps avant qu'un membre du staff ne vienne te valider ^^. J’espère que tu as bien lu le réglement et le contexte. Surtout n'hésites pas à demander un délai si tu penses ne pas avoir assez de temps pour finir ta fiche.

Bien à toi ^^



© Codage by Sybline



Si t'as des questions n'hésite pas à me mpotter ou sur celui de Hope ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://do-you-believe-magic.forumgratuit.be/

avatar


₪ Opération Cobra : 7
₪ Date d'inscription : 12/11/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Sam 15 Nov - 23:30

Merciiii Very Happy

Ralala cette famille est beaucoup trop grande x)

J'me dépêche de finir ma fiche mais j'ai des partiels mardi et vendredi donc c'est un peu chaud pour moi mais au plus tard week-end prochain, je pense qu'elle est boucler Very Happy (Trop longtemps que j'attend de pouvoir jouer Reginette :3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
FONDATRICEAventurière

₪ Opération Cobra : 108
₪ Date d'inscription : 10/11/2014


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Sam 15 Nov - 23:32

pas de soucis ^^ je t'accorde un délai jusqu'au 25 novembre ^^ ça te laisse de la marge *ah une trop bonne idée de lien pour tata Regina *


ps : bon courage pour tes partielles ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


₪ Opération Cobra : 7
₪ Date d'inscription : 12/11/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 26 Nov - 9:46

Ralala cette famille est immense x)

Je sais que j'abuse mais ce serait possible d'avoir encore un petit délai ? :$ Il me reste des partiels plutôt important la semaine prochaine que je dois absolument bosser :/ Il ne me reste plus que l'histoire à faire mais sa vie a été plutôt bien remplie et je veux être sûr de ne rien oublier x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
FONDATRICEAventurière

₪ Opération Cobra : 108
₪ Date d'inscription : 10/11/2014


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 26 Nov - 15:59

pas de soucis la vie irl en premier ^^ prolongement d'une semaine (euh jusque mercredi prochain quoi ^^)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
FONDATRICEEcrivaine

₪ Opération Cobra : 35
₪ Date d'inscription : 05/12/2014


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mar 9 Déc - 20:40

Kikou ^^ Hésite pas à dire quand tu as fini ^^ j'ai déjà lu et j'adore ton histoire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


₪ Opération Cobra : 7
₪ Date d'inscription : 12/11/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 10 Déc - 8:55

Coucou Smile

Merci Very Happy

J'ai presque fini, me manque plus que l'histoire de Storybrooke et ce sera bon, normalement tout devrait être fini ce week-end :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
FONDATEURChef des Lost boys

₪ Opération Cobra : 267
₪ Date d'inscription : 30/10/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Mer 10 Déc - 15:36

ok ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://do-you-believe-magic.forumgratuit.be/

avatar
MEMBREMère Noël

₪ Opération Cobra : 52
₪ Date d'inscription : 19/12/2014
₪ Age : 47
₪ Localisation : Chercher moi a la fabrique , a ma pâtisserie ou a la maison


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Dim 21 Déc - 20:22

Bienvenue parmi nous Belle Evil Queen
Mon personnage préféré de OUAT avec Snow Queen Very Happy
Tu me garde un petit lien

_________________

 
Merry Christmas
“-J'ai vu dans la nuit passer un traîneau,J'ai vu aussi ton grand ami,Père Noël arrive ce soir - ”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


₪ Opération Cobra : 7
₪ Date d'inscription : 12/11/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Ven 26 Déc - 23:46

Merkiii Very Happy

Ahlala la jolie Elizabeth qui a réussi à me faire pleurer T.T

Au passage, la fiche avance mais l'histoire de Regina est trèèèèèès longue, j'en suis à quelque chose comme début saison 2 x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
FONDATEURChef des Lost boys

₪ Opération Cobra : 267
₪ Date d'inscription : 30/10/2014
₪ Localisation : Storybrooke


MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   Ven 26 Déc - 23:48

Mais tu vas battre le record de l'histoire la plus longue de toute l'histoire du rpg XD (en même temps ça me prouve que tu tiens à coller parfaitement au perso ^^ )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://do-you-believe-magic.forumgratuit.be/


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regina Mills - Operation Mangoose   

Revenir en haut Aller en bas
 

Regina Mills - Operation Mangoose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regina Mills
» Parfois, une oreille attentive, ça aide ! [PV Regina Mills]
» Regina Mills - The Evil Queen
» Carnet de Regina Mills
» Regina Mills + love is weakness, unless if it is returned.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once upon a tales :: ₪ Dear people ₪ :: ➛ Oh but I do not introduce myself ! :: ➙ Fiche en cours
-